Focs et leurs écoutes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Focs et leurs écoutes

Message par kiwi le Septembre 8th 2013, 16:06

J'ai réuni une petite documentation sur ces foutus focs et je te livre le résultat; c'était une recherche intéressée car mon propre Cutty progresse (lenteblions pas ment, très lentement, mais...sûrement !) Premier point à peu près sûr à 100 pour 100: Cutty Sark gréait habituellement trois focs et ceux-ci avaient leur point d'amure au plus près du beaupré. Mais n'ouqu'en fonction des conditions de vent et de mer (bonne brise, pétole, navire stable sur sa route aux allures portantes) le capitaine ne devait pas se priver d'envoyer le maximum de toile pour gratter un poil de nœud (ceci est une expression marine et non pas un gros mot), foc volant et autres joyeusetés devaient faire l'affaire. Ceci est attesté par les schémas et les photos de cinq ou six plans d'origine diverse. En revanche le problème des écoutes, de leur points de tire et l'endroit où elles étaient frappées est plus complexe. Premièrement le plan vendu sur le lieu d'exposition du vrai Cutty fait état de palans d'écoute  et non d'écoutes directes pour les différents focs. C'est le seul plan qui fasse état de cela mais je crois qu'il reflète la réalité: border un foc qui porte bien n'est pas une mince affaire, surtout en l'absence de winches; dans le cas de Cutty border devait se faire en halant l'écoute main sur main et même à plusieurs hommes ce devait être très dur, démultiplier l'effort à fournir semble donc judicieux.






Les écoutes, sur la majorité des plans, courent jusqu'en deça des bossoirs d'ancre pour traverser ? le pavois, pénétrer sur le gaillard d'avant. Mantua présente un râtelier, situé à la proue et comportant 8 cabillots (1 paire par foc)


Toujours chez Mantua, Thermopylae (sister ship de Cutty Sark et très ressemblant dans l'ensemble) voit ses écoutes de focs, après retour sur le pont principal, être frappées sur un râtelier positionné en avant du mât de misaine. Ce râtelier ne comporte que 4 cabillots, on peut donc penser que seule l'écoute active (sous le vent) était immobilisée.





Curti dans la seconde édition de son encyclopédie page 346, parlant des écoutes de focs et des voiles d'étai nous dit: "Elles sont doubles et descendent d'un bord et de l'autre...... Pour les grandes voiles telles que la trinquette...., les écoutes sont à cartahu simple ou double, fixé au point d'écoute par de longues pantoires dites pantoires d'écoute. L'écoute fait dormant en un point du gaillard, et le courant vient se tourner au râtelier de manœuvre." Il ajoute, parlant des navires anciens, page 348, "....tournées (les écoutes) à des taquets sur le gaillard d'avant, ou encore sous les haubans du mât de misaine". Comme on le voit, on a le choix !!
En fin pour conclure je dirais que je n'ai pas pu me faire une idée très précise du dispositif adopté sur le Belem; d'abord, la parution des derniers numéros de la série d'Altaya n'a pas encore fait état de ce problème. Seule, cette photo de la très belle réalisation de R. Beaufils, semblerait montrer que les écoutes, après être passées dans des filoires à plat pont sur le gaillard d'avant, seraient tournées à des taquets fichés dans la rambarde du dit gaillard, faisant ainsi office de râtelier. 

avatar
kiwi

Messages : 989
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 82
Localisation : Albi, Tarn

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum