"Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Page 2 sur 14 Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par Guido54 le Jeu 30 Oct 2014 - 19:20

H. MALLET a écrit:

C'est extrêmement simple : il suffit de prendre un bloc d'ABS de 60 cm de long et de 10cm de section, de le placer sous un robot 5 axes et d'appuyer sur le bouton "marche" Very Happy

Effectivement si on ne tient pas compte des centaines d'heures passées à apprendre à maitriser le logiciel 3D, les centaines d'heures de recherche et de calcul , de maîtrise de l'outil etc...

J'aime beaucoup ta modestie .....  Cool

Guido54

Messages : 2641
Date d'inscription : 01/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par cocovert le Jeu 30 Oct 2014 - 19:53

Guido54 a écrit:

H. MALLET a écrit:

C'est extrêmement simple : il suffit de prendre un bloc d'ABS de 60 cm de long et de 10cm de section, de le placer sous un robot 5 axes et d'appuyer sur le bouton "marche" Very Happy



Effectivement si on ne tient pas compte des centaines d'heures passées à apprendre à maitriser le logiciel 3D, les centaines d'heures de recherche et de calcul , de maîtrise de l'outil etc...

J'aime beaucoup ta modestie .....  Cool


Hubert parle de la réalisation, pas de la conception préalable - enfin c'est ce qu'il laisse penser Very Happy

cocovert

Messages : 2663
Date d'inscription : 16/06/2012
Age : 45
Localisation : paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par kangoo91 le Jeu 30 Oct 2014 - 20:08

Bonsoir Hubert,

Merci pour la réponse. Des plans de cette dimension ne se trouve pas vraiment sur internet.

Pour avoir fait tour sur le site d'IDO, tu étais presque aux limites de leur machine.

La suite cheers 

Laurent

kangoo91
Modérateur

Messages : 5548
Date d'inscription : 11/06/2013
Age : 49
Localisation : Viry chatillon (91)

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par Bruno ORSEL le Ven 31 Oct 2014 - 7:47

H. MALLET a écrit:Avant d'aborder la maquette, ci joint quelque résumé historique concernant les torpilleurs de 300 Tonnes (concernant les diverses appellations "torpilleurs", "contre-torpilleurs". "avisos-torpilleurs" et autres, permettez moi de simplifier la frappe du texte en "torpilleur".





Torpilleur, aviso-torpilleur, contre-torpilleur, notre ami Hubert fait un joyeux amalgame de toutes ces désignations ; souvent l’objet de taquineries entre nous.
Le sujet que nous présente Hubert est d’un très haut niveau de modélisme et je trouve dommage que l’on banalise  une terminologie qui correspond pourtant à des types de bâtiments bien différents même s’ils sont tous issus de la même famille. Les uns n’étant en fait que l’évolution du précédent.
 
Les torpilleurs :
Sans vouloir entrer dans la longue histoire de l’évolution de l’artillerie navale, l’invention de la torpille marque une étape considérable qui va avoir des conséquences insoupçonnées sur l’évolution de la construction navale.
La torpille est une arme sous-marine qui vient frapper les navires ennuis à leur point faible, c’est-à-dire les œuvres vives (sous la flottaison). Évolution que l’on va situer pour faire court vers les années 1870/75. Il faut savoir qu’à cette époque, vu les progrès considérables de l’artillerie avec l’invention des canons à obus (explosion du projectile au contact de l’impact), les bâtiments de guerre ont trouvé la parade en se protégeant, de ces obus par le blindage en acier des œuvres mortes. Et comme vous l’avez compris, le point faible devient la partie immergée du navire car non protégée. C’est donc dans cette partie que va porter la piqûre de la torpille.
 
La torpille à ses débuts n’est qu’une charge explosive portée au bout d’une hampe plongeant à 2,50 m sous l’eau et que l’on amène au contact de l’ennui au moyen d’une embarcation appelée canot porte-torpilles. L’opération consiste donc, avec cette embarcation légère, d’approcher l’ennui de nuit, car il fallait surtout ne pas être repéré, et mettre en contact la torpille avec la partie immergée du bâtiment ennemi pour faire exploser la charger et à coup sûr le couler. Le canot était à 2 m du cuirassé et il fallait ensuite dégarpire le plus rapidement possible.
 
Canot porte-torpilles :


De ce constat, que l’on pouvait détruire les plus gros navires de guerre avec une simple chaloupe portant une torpille, naît un nouveau courant d’idée, appelé « la jeune école » menait par l’Amiral Aude et qui prétendait que les combats en haute mer étaient révolus et que la stratégie du futur consisterait désormais à la seule défense de nos côtes.
C’est donc à partir de cette idée que l’on va développer le canot porte-torpilles pour en faire des torpilleurs.
 
Construits à partir de 1875, ils mesuraient 20 m pour un déplacement 30 tonnes environ et avaient pour seul armement une hampe porte-torpille, car la torpille automotrice n’était pas encore mise au point.
À partir de là l’évolution de ce type de bâtiment alla très vite. La torpille automotrice fut adoptée, et avec elle, le tube d’étrave, puis le tube double sur circulaire sur le pont.
En moins de 25 ans des torpilleurs de 20 m. on passa au type 27 m., puis au 36 m. et enfin en 1904 au type 38 m pour un déplacement de 97 tonnes,  avec 3 tubes LT et une vitesse de 26 nds., alors qu’elle était de 8 nd pour les premiers.
 
Si la torpille était une arme redoutable, le problème avec ces petits bâtiments est qu’ils leur étaient impossibles de tenir la haute mer sauf dans des conditions épouvantables pour l’équipage. Leur seule arme d’attaque était la torpille qui impose de combattre à distance restreinte et la nuit, car à l’époque la portée de ces engins n’était encore que de quelques centaines de mètres. Ces petits bâtiments ne portaient rien d’autre sauf à partir de 1888 où ils reçurent de 2 canons de 37 mm à tir rapide pour assurer leur défense.
La France a construit pour sa propre marine ente 1878 et 1904, 369 torpilleurs tous affectés à « La défense mobile ». Ils portaient des n° et on les désignait : les torpilleurs numérotés.
Le torpilleur est donc un petit bâtiment, combattant principalement avec des torpilles, de nuit et en combat rapproché et dont le champ d’action se limite à la défense des côtes.



 
Torpilleur de 36 m :


 
On comprendra vite que les combats en haute mer étaient loin d’être révolus et que les idées de « la jeune école » étaient en train de passer.

Un cuirassé combattant en escadre a besoin d’être protégé. Les bâtiments de ligne disposaient bien d’une artillerie de calibre moyen et surtout de canon revolver utilisable à courte portée contre les attaques de torpilleurs, mais il était logique de penser que des navires légers mieux adaptés à la haute mer pourraient également assurer une protection efficace des escadres s’ils formaient autour d’elles un écran protecteur contre les torpilleurs ou des bâtiments légers similaires.

De là l’idée de concevoir des bâtiments contre-torpilleur. Ils sont apparus dans notre marine vers les années 1883 sous la désignation d’aviso-torpilleur et dans la marine britannique à la même époque sous celle de torpedo-catcher. (attrapeur de torpilleurs).
Les explications que je vous donne ici sont un peu synthétiques, car il existe d’autres types de torpilleurs que ceux dont je vous ai parlé plus haut, comme les torpilleurs de haute-mer mais aussi des torpilleurs transportés sur des croiseurs ou des navires de transport spécifiques ce qui permettait de mettre à l’eau directement sur le champ de bataille en haute mer toute une myriade de petits torpilleurs qui pouvaient être redoutable. On comprend mieux maintenant la nécessité de ce nouveau type de bâtiments : des contre-torpilleurs.
 
La France a donc développé des avisos-torpilleurs pour assurer ces fonctions principales de protection des navires d’escadre. Ces sont les types Bombe, 320 tonnes, à partir de 1883 et les types D’Iberville, déplacement 850 tonnes, vers les années 1890. Si on leur reconnaissait certaines qualités nautiques, ces navires ne possédaient ni l’endurance, ni l’aptitude à refouler une grosse mer, ni le rayon d’action nécessaire à un aviso d’escadre.
D’autre part, leur longueur assez grande, la hauteur relative de leur de leurs superstructures et de leurs mâtures ne leur permettaient pas de prétendre à cette mobilité et à cette invisibilité que l’on estimait de bon droit lors de l’apparition des torpilleurs ; qualités maîtresses des navires destinés à combattre à la distance restreinte qu’impose l’usage exclusif de la torpille ; car sur ce type de bâtiment la torpille était encore l'arme privilégée.
 
Aviso-torpilleur du type Bombe :

 
Aviso-torpilleur du type D’Iberville :




Il faudra attendre les années 1894 lorsque Augustin Normand, célèbre constructeur havrais propose à la marine française un nouveau projet de bâtiment de 300 tonnes, dont le rayon d’action se rapprocherait de celui des cuirassés qu’il accompagnerait, avec une vitesse de plus de 25 nds (28 effectifs sur les derniers de la série).
L’artillerie serait d’une puissance suffisante pour endommager les chaudières, les pièces devant être à grand débit et les projectiles d’une grande puissance de pénétration. Cette artillerie se composerait de 2 canons de 65 mm à tir rapide, 6 canons de 47 mm TR et de 2 tubes lance-torpilles. La conséquence de l’évolution de l’artillerie, grâce à leur grande rapidité de tir  et la force de pénétration des projectiles, les tubes lance-torpilles deviennent d’usage secondaire se limitant à des combats avec des bâtiments similaires ou à des attaques surprises tentées la nuit contre des cuirassés.
La torpille trouvera sa totale efficacité lors de la 1re guerre mondiale quelques années plus tard avec la guerre sous-marine. Le sous-marin permettant une approche restreinte dans une totale invisibilité.
 
Ce nouveau type de bâtiment sera désigné sous le nom de contre-torpilleur. Ces C.T. seront à l’origine de la plus grande série de bâtiments d’un même type jamais construits en France. 56 pour la Marine française et une vingtaine pour les marines étrangères.
 
Contre-torpilleur à 4 cheminées du type Framée :


 
 
C’est donc ce type de navire que va nous présenter Hubert, mais dans sa version à 4 cheminées qui correspond aux premiers prototypes de la grande série qui deviendra les fameux CT de 300 tonnes, avec cette particularité issue du génie de Augustin Normand qu’est le pont plateforme à caillebotis. Mais je ne vous en dis pas plus, Hubert saura nous expliquer cela avec virtuosité.
 
Pour en revenir aux diverses appellations citées par notre ami, il ne doit pas y avoir de confusion,  car à chacun des différents types, torpilleur, aviso-torpilleur ou contre-torpilleur correspond une définition de navire bien précise et le Lt Bourakov que présente ici Hubert est un contre-torpilleur (navire qui lutte contre les torpilleurs). Alors pour rester juste et simplifier la frappe du texte, je propose à Hubert d’utiliser l’abréviation de C.T.

Bruno ORSEL

Messages : 222
Date d'inscription : 16/06/2012
Age : 69
Localisation : IDF - Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par H. MALLET le Ven 31 Oct 2014 - 14:10

Merci à toi Bruno pour ces précisions qui alimentent un peu ce débat, un peu pauvre actuellement !
N'hésite pas à nous faire part de tes lumières et compléter mes propos par ton savoir toujours précieux.
Tu as évoqué dans ta réponse le problème des canots portes torpilles ; en ce qui me concerne, j'hésite entre le terme de canot torpilleur et celui de canot "auto torpilléRazz:P
Pour preuve la photo ci jointe :




D'ou ma question, entre le navire lanceur de torpille et celui censé la recevoir, qui était en danger ? Razz
Bien cordialement à toi.

H. MALLET

Messages : 200
Date d'inscription : 19/06/2012
Age : 66
Localisation : paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par H. MALLET le Ven 31 Oct 2014 - 14:57

Cher Kangoo
Pour répondre à tes propos (ce topic ne semblant pas interresser grand monde pale ...) :
kangoo91
Bonsoir Hubert,

Merci pour la réponse. Des plans de cette dimension ne se trouve pas vraiment sur internet.

Pour avoir fait tour sur le site d'IDO, tu étais presque aux limites de leur machine.

La suite cheers 

Laurent

- concernant ces plans, ils ne proviennent pas d'internet mais du musée de la marine de ST Petersbourg (via scan sur CD).
Un plan sur internet est généralement inutilisable : les sites tels que le SHD n'étant plus en lignes, quant à la défintion des forums elle est totalement inexploitable.
Pour mémoire, un plan de 1,30 x 0,90 cm, envoyé par CD par les divers organismes officiels occupe entre 500 et 700 méga !
D'où des problèmes de stockage sur votre ordi et souvent des problèmes de compatibilité avec Photoshop (dernières version requise 5.0 sous peine de bug).
Pour plus de facilité (par exemple fonds de plan sous Autocad ou Rhino) je conserve sous CD les versions originale ; ensuite je fais imprimer ces plans qui seront ensuite scanés (aprés modification / suppression couleur pour les "bleus") mais sous une résolution plus acceptable( max 150 méga).

- Concernant la société IDO (publicité gratuite), j'ai souvent eu recours à leur services, ce qui m'a valu quelques quolibets, généralement amicaux. Concernant le fraisage de cette coque pour un prix d'environ 250 € dont la précision est de 1/10ème de millimètre, cela pourra vous paraitre élévé.
Toutefois, si l'on met bout à bout les fourniture de CP de 1mm, les lattes de poirier en largeur diverses, les colles (cyno et époxy) et surtout les pots de 1kg de résine époxy + résine de type V33, on voit sans peine que le surcoût est relativement négligeable, surtout en matière de temps de travail (sous réserve de ne pas être retraité). De plus entre un coque précise au 1/10ème et une coque "faite main" , qui a couté la "peau des fesses" et qui va passer à la poubelle, le choix est vite fait.
Agé de 65 ans, ce modèle sera peut être le dernier ; j'entends donc y apporter tous le soins dont je suis capable même si cela ne marche pas à tous les coups (comme tu as pu le comprendre).
Je reste à ta disposition pour toutes informations concernant ce sujet.
Bien cordialement et mes remerciement pour ton intérêt à ce topic.

H. MALLET

Messages : 200
Date d'inscription : 19/06/2012
Age : 66
Localisation : paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par jordi le Ven 31 Oct 2014 - 15:10

Détrompez vous, nous sommes probablement très nombreux à être intéressés par vos travaux car cette maquette est un sujet passionnant (et je vous félicite pour la manière dont vous nous la présentez), mais malheureusement probablement peu nombreux à être compétents sur le sujet, donc à prétendre intervenir utilement!

jordi

Messages : 8
Date d'inscription : 16/01/2013
Age : 69
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par PAB le Ven 31 Oct 2014 - 16:12

H. MALLET a écrit: (ce topic ne semblant pas interresser grand monde pale ...) :





Détrompes-toi, je suis pour ma part fasciné. Mais vu le niveau technique, je n'ai pas grand chose à dire à part "BRAVO" et "ENCORE" !

Et puis, si l'on en croit les statistiques du forum, 600 vues depuis le 27 octobre, ça fait quand même 120 vues par jour ... pas si mal !

PAB

Messages : 941
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 63
Localisation : Région de Fontainebleau

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par kangoo91 le Ven 31 Oct 2014 - 16:46

Bonjour Hubert,

Je pense sincèrement que ton sujet intéresse. A en juger le nombre de vues et de réponses pour un article ouvert depuis peu, j'en serais presque jaloux. Le temps d'écrire ma réponse et PAB fait le même constat.

Non plus sérieusement, le premier intérêt est comment tu travailles à partir de plan 3 vues, tu modélises le résultat en 3D et tu en tires le dessin des couples, etc... C'est très rare sur ce forum, pourtant cette technique devient abordable.

Pour les plans, tu l'avais dit d'où ils provenaient. Mon message était plus destiné à rappeler que ce qu'on trouve sur internet est difficilement exploitable!

Et pour la société IDO, pas de problème de pub, je m'étais empressé d'aller voir pour mettre leur adresse en favori. Je m'attendais à plus cher, le coût d'un tel fraisage. Cette option pourra paraître discutable mais compte tenu de la suite, c'est pas le travail qui va manquer, ni les bravos.

Juste une dernière demande: tu peux oublier "kangoo", je préfère mon prénom  Very Happy
Laurent

kangoo91
Modérateur

Messages : 5548
Date d'inscription : 11/06/2013
Age : 49
Localisation : Viry chatillon (91)

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par Neko le Ven 31 Oct 2014 - 16:51

H. MALLET a écrit:Cher Kangoo
Pour répondre à tes propos (ce topic ne semblant pas interresser grand monde pale ...) :
kangoo91




Bonjour,
au contraire, c'est très intéressant mais étant complètement ignare sur ce sujet je regarde, j'apprends et je me tais. Pour ne pas polluer le sujet et parler pour ne rien dire. Pour ne pas noyer les messages intéressants dans un flot de messages sans intérêt. Mais je regarde et j'admire la démarche et la réalisation.
Smile

Neko

Messages : 575
Date d'inscription : 21/06/2012
Age : 38
Localisation : Amiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par Tolia le Ven 31 Oct 2014 - 17:32

Cher Hubert,
Comme d'habitude tu vas nous faire découvrir des methodes de travail peu conventionnelles mais qui exigent de nombreux savoir faire, je pense que tout le monde en redemande............
ce lien pourrais te permettre de faire plus facilement tes hublots rectangulaires
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Bien amicalment à tous
Tolia

Tolia

Messages : 31
Date d'inscription : 19/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par a.piot le Ven 31 Oct 2014 - 17:56

Idem Marc ,je regarde !
Smile

a.piot

Messages : 1653
Date d'inscription : 26/08/2012
Age : 71
Localisation : chatillon sur indre /oleron

https://sites.google.com/site/voiliersanciens/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par Albatros le Ven 31 Oct 2014 - 18:26

Bonsoir

Idem pour moi que ce qui a été dit précédemment... : tu écris, tu parles avec des mots...
et moi je lis, j' écoute avec mes yeux.... et j' en redemande.

Beau sujet, bâtiment très intéressant et aussi "période navale" assez méconnue.
Un remerciement aussi à Bruno en passant pour son exposé qui permet de situer correctement
ce CT dans cet ensemble de "petits navires).

...... Pour finir : vous allez lui et toi bientôt "vous faire la guerre par bateaux interpossé... Very Happy "
Super challenge... et Grand Bravo.

Albatros

Messages : 682
Date d'inscription : 16/06/2012
Localisation : Vendée

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par Alain Degny le Ven 31 Oct 2014 - 18:48

Patrice (PAB) a eu raison de souligner le nombre assez exceptionnel de visites en si peu de temps. 665 à l'heure où je poste. L'intérêt est incontestable. Mais c'est de la découverte. Peu d'entre-nous connaissent les navires de cette époque (Au passage, merci Bruno pour la "leçon") et encore moins la méthode innovante de ta construction.

En élèves studieux, nous faisons comme Marc, nous lisons sans intervenir. Quand tu aborderas la phase plus conventionnelle de ton travail, je pense au pont, dont tu nous a parlé au Club MER, les questions viendront d'elles-même. 

Quant à moi, j'ai détourné l'attention sur mes lacunes abyssales, en recherchant qui était ce brave Evgueni Nicolaievitch Burakov. C'est un peu jésuite, mais j'aime bien. Very Happy

_________________
Aimez-moi, honorez-moi, parce que je le vaux bien. (St Ignace de Loréal)

Alain Degny
Admin

Messages : 13030
Date d'inscription : 14/06/2012
Age : 70
Localisation : Parisien exilé dans l'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par PAB le Ven 31 Oct 2014 - 19:16

Alain Degny a écrit:C'est un peu jésuite, mais j'aime bien. Very Happy




Tiens donc, j'aurais plutôt vu le Barine chez les opritchniki qu'à la Societas Jesu ...

PAB

Messages : 941
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 63
Localisation : Région de Fontainebleau

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par J-P Ducret le Ven 31 Oct 2014 - 20:25

Salut à tous et plus particulièrement à maître Tola , maître Hubert et bien évidemment maître Bruno
Très heureux qu'Hubert reprenne la plume pour nous abreuver de ses connaissances et de ses réflexions sur ces modèles de cette époque fabuleuse.
Je me suis remis aussi à l'écriture sur cette période et à la construction, car finalement les copeaux de laiton dans le cou , l'huile de coupe sur les lunettes me manquaient.
je m'y suis remis mais en modèle vapeur radio commandable.
Merci à Hubert de m'avoir refiler la niaque.

J-Pascal

J-P Ducret

Messages : 107
Date d'inscription : 27/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par Guido54 le Ven 31 Oct 2014 - 20:48

Idem, étant totalement ignorant de ce type de bateau et de ces techniques, il est difficile d'intervenir.

Si tu pouvais créer un topique sur les techniques de modélisation 3 D (lorsque tu auras le temps) je pense que nous serions nombreux à être vivement intéressés .... study

Guido54

Messages : 2641
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 66
Localisation : Nancy

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par frederic Ravinet le Sam 1 Nov 2014 - 8:20

Je confirme, les quelques réflexions que j'ai pu lire sur ce sujet. Très intéressé, comme beaucoup, mais n'ayant pas les connaissances en la matière, je suis, j'admire, j'attends mais ne me permets pas d'intervenir !!! Bientôt 800 visionnages du sujet ...... Ce n'est pas ce genre de chiffre que l'on peut trouver sur un chantier qui n'intéresse pas !!!

_________________
Au lieu de regarder la baille qu'il y a dans mon oeil, regarde plutôt le boutre qu'il y a dans le tien.

frederic Ravinet
Admin

Messages : 4950
Date d'inscription : 12/06/2012
Age : 61
Localisation : AMBOISE

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par H. MALLET le Sam 1 Nov 2014 - 10:31

D'abord, un merci pour vos encouragements. De plus, je constate que Tola (Le Maître) et JP Ducret nous ont rejoint ; avec Bruno, le club MER est donc bien représenté Smile

Aujourd'hui, je vais aborder le problème du marquage des tôles.
La photo de l'avant, citée lors de la mise en place des hublot, montre un aspect une peu "jouet" très lisse et qui contraste avec celui de la construction grandeur.
De plus, possédant dans ma liasse le plan de disposition des tôles, mes amis du club MER m'auraient pendus "haut et court" si j'avais fait cette impasse.




Extrait du plan de disposition des tôles.

Représentation de la surépaisseur des tôles.

Après bien des réflexions, j'ai opté pour la méthode suivante. Les zones en surépaisseur sont tracée puis du ruban de masquage est appliqué au droit de ces zones.



Il ne reste plus qu'à appliquer des voiles successif d'apprêt en bombe (Surfaceur Tamiya).
Après démasquage, la surépaisseur est bien visible.



Un peu trop, même !
Un simple passage de papier carrossier remettra les choses dans l'ordre.
Pour les murailles, le principe reste le même, il faudra simplement utiliser une latte souple pour le tracé.

Gravure des joints.

Là encore, pas de gros problèmes, si ce n'est de mettre la main sur des bandes autocollante d'étiqueteuse DYMO.



Une portion de bande autocollante est mise en place au droit du joint et va servir de règle à l'outil à graver (une simple aiguille emmanché dans une chute de poirier).
C'est un peu long, mais on finit par arriver au résultat suivant.



là encore, l'aspect est un peu "neuf" ; il faudra attendre les fin du chantier pour effectuer une légère patine de la coque.

H. MALLET

Messages : 200
Date d'inscription : 19/06/2012
Age : 66
Localisation : paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par cocovert le Sam 1 Nov 2014 - 11:12

Hubert,

que s'est il passé à ta quille , sur la dernière photo on y voit un renflement juste au dessus de la peinture rouge. Un choc émotionnel ?
ou un reflet de lumière sur la photo ?

cocovert

Messages : 2663
Date d'inscription : 16/06/2012
Age : 45
Localisation : paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par J-P Ducret le Sam 1 Nov 2014 - 12:05

hello tout le monde, bonjour Hubert,
Comme d'habitude un boulot tiré au cordeau, des astuces simples mais demandant de la rigueur, bref du Hubert Mallet.
Un petit détail me chiffonne tout de même, c'est la couleur de ce que nous appelons aujourd'hui l'antifouling. A l'époque, les mélanges savants dont on enduisait les oeuvres vives étaient plutôt de couleur verte car les produits utilisés étaient le plus souvent à base de cuivre et de plomb.
Tola a fait 3 beaux articles sur le Buffle dans l'un desquels il donnait la composition des enduits utilisés, certes par la Royale, mais à l'époque la chimie était internationale et les œuvres vives de quelque nationalité que se soit recevaient ce genre de mixture. Les antifoulings rouges ou bleus sont apparus quand il fut interdit d'utiliser la céruse sur les coques de bateaux comme enduit de base.
Un peu plus de travail en perspective....
Amitiés.

J-Pascal

J-P Ducret

Messages : 107
Date d'inscription : 27/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par H. MALLET le Sam 1 Nov 2014 - 16:52

Pour répondre à Cocovert, il s'agit d'une simple tâche.
Pour répondre à Jean Pascal et à la même remarque faite en privé par Bruno concernant la couleur des œuvres vives, c'est bien du rouge (minium de plomb) qui était appliquée.
En effet, le vert de SCHWEINFURTH était composé de savon de mercure (15%) de colophane (20%) de térébenthine (20%) de savon de plomb (15%) d'huile de lin (20%) et d'acétoarséniate de cuivre (15%). C'était donc une peinture relativement cher.
Si A. Normand avait répondu à une commande de la marine française, je pense que c'est effectivement ce vert de Schweinfurth qui aurait été appliqué.
Dans la cadre de cette commande avec la marine impériale russe, moins exigeante en termes de normes, je pense que l'on s'est borné à passer une bonne couche d'antirouille et basta ...
De plus, ces unités étaient livrées en Russie avec les œuvres mortes et superstructures entièrement peintes en blanc ; elles étaient connues sous l'appellation "Foreign cruises". Dés leur affectation (flotte de la Baltique, flotte de la mer Noire) et après ce long voyage depuis le Havres, elles étaient systématiquement repeintes dans un gris bleuté. Je pense qu'à cette occasion, les œuvres vives recevait une simple couche de minium par soucis d'économie.

H. MALLET

Messages : 200
Date d'inscription : 19/06/2012
Age : 66
Localisation : paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par J-P Ducret le Sam 1 Nov 2014 - 18:23

Ok Amiral Hubert.
Le rouge du minium préfigurait le rouge du drapeau de la révolution qui devait éclater quelques 10 ans plus tard.
Amitiés

J-P

J-P Ducret

Messages : 107
Date d'inscription : 27/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par kangoo91 le Sam 1 Nov 2014 - 20:09

Bonsoir Hubert,

Pour revenir à la peinture de la coque, j'ai souvent (toujours ?) vu une bande noire séparant œuvres vives et œuvres mortes, ce n'est pas le cas à cette époque?

La technique pour créer du volume et figurer les plaques est superbe. Je connaissais le mastic posé de la même façon mais la plus part du temps, à cette échelle, la simple gravure et un bon travail de peinture suffisait à avoir le même résultat.

Laurent

kangoo91
Modérateur

Messages : 5548
Date d'inscription : 11/06/2013
Age : 49
Localisation : Viry chatillon (91)

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par PAB le Sam 1 Nov 2014 - 22:29

kangoo91 a écrit:une bande noire séparant œuvres vives et œuvres mortes,
La bande noire s'appelle un faux col à mazout et permet que les traces de mazout flottant à la surface de l'eau ne se voient pas sur la coque.

Pour le reste, le navire russe à peu près contemporain et qui a été conservé, le croiseur Aurore , visible à Saint-Pétersbourg,  a les œuvres vives peintes en vert  avec une ligne blanche pour faire la séparation d'avec les œuvres mortes. Est-ce le schéma de couleur originel ? Je ne sais.

D'autre part, j'ai vérifié par curiosité dans la doc que j'ai sur Tsuchima (1905), qui elle montre des navires russes avec les œuvres vives en rouge, et avec ou sans faux col. Donc pas plus avancé ...

PAB

Messages : 941
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 63
Localisation : Région de Fontainebleau

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par Guido54 le Lun 3 Nov 2014 - 9:22

H. MALLET a écrit:
 le vert de SCHWEINFURTH était composé de savon de mercure (15%) de colophane (20%) de térébenthine (20%) de savon de plomb (15%) d'huile de lin (20%) et d'acétoarséniate de cuivre (15%). C'était donc une peinture relativement cher.

Ce mélange était certes efficace vu la toxicité des composants mais j'ai une pensée pour les ouvriers qui l'appliquaient car ils ne devaient pas faire de vieux os .. Evil or Very Mad

Pour revenir au traitement des œuvres vives, la différence de traitement entre les navires russes et français ne viendrait-elle pas du fait que les navires russes ne sont pas destinés à naviguer dans les mers chaudes ?

En effet, la plupart des mollusques traités ne vivent pas dans les mers froides si bien qu'il ne reste, pour l'essentiel, qu'à traiter un simple problème de corrosion donc ne nécessitant pas l'utilisation de produits à base de cuivre et mercure.

Guido54

Messages : 2641
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 66
Localisation : Nancy

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:22


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 14 Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum